physiologie du corps humain et santé (mes articles)

Gluten et son lien avec le diabète de type 1

Cette article pour une fois n’est pas le miens, il a été rédigé par le site  » crhonsuperforum » qui a fait un bon travail de collecte des données ( j’en posterais un qui sera le miens par contre avec un peu plus de données que celui que j’ai rédigé auparavant) 

(Articles avec les sources scientifiques et les chercheurs qui y ont travaillé ( en fin de page) ainsi que les références)

 

 

 

Le Gluten provoque des changements dans le Microbiote intestinal, favorise les maladies auto-immunes et augmente l’incidence de diabète de type 1

 

Des recherches avaient déjà démontré que le microbiote intestinal joue un rôle important dans le développement du diabète de type 1. Aujourd’hui les chercheurs de la Mayo Clinic ont démontré qu’en plus des levures alimentaires, le gluten modifie le microbiote intestinal et augmente l’incidence du diabète de type 1. Cette nouvelle étude a été publiée le 13 novembre dans la revue PLoS ONE. Concernant les levures alimentaires bons nombres de recherches ont également été publiées et sont disponibles dans les bases de données des publications médicales et scientifiques (Publications scientifiques « Levures alimentaires et diabète »). Les proliférations de Candida albicans sont également retrouvées tant dans les maladies inflammatoires chroniques intestinales, maladie de Crohn, Rectocolite ulcéreuse, que le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde, le psoriasis, la spondylarthrite ankylosante, la sclérose en plaques et nombreuses autres maladies, y compris le diabète ( publications scientifiques Candida albicans et diabète). Concernant les MICI maladie de Crohn, RCH, psoriasis, lupus, gluten, Candida albicans, levures Saccharomyces cerevisiae n’hésitez pas à consulter les différentes publications disponibles sur ce site en recherchant par mots clés en utilisant la fonction « Recherche » à gauche ou le bouton « Rechercher ». Les présentes recherches ont été menées sur des souris* et ont démontré que les souris nourries avec un régime sans gluten avaient une incidence considérablement réduite de diabète de type 1. Ces souris étaient des souris diabétiques non-obèses, ou des souris portées à développer un diabète de type 1. Le régime sans gluten a aidé à protéger les souris contre le diabète de type 1. Lorsque les chercheurs ont à nouveau ajouté du gluten dans l’alimentation des souris, l’effet protecteur qu’avait fourni le régime sans gluten n’était plus maintenu. L’impact du gluten sur le microbiote intestinal a également été analysé et a confirmé que le gluten peut affecter le risque de diabète. L’incidence du diabète a été déterminé par les niveaux de glucose dans le sang à l’aide d’un glucomètre. La présence de gluten est directement responsable des effets pro-diabétogéniques et détermine la microflore intestinale, ainsi le  glutenalimentaire peut moduler l’incidence de diabète de type 1 en changeant le microbiote intestinal.  Autant les effets observés sur l’hyperglycémie dans une alimentation contenant dugluten, que des changements dans le microbiote intestinal ont été observés, ceci démontre que cela peut faire partie du mécanisme dans le développement de maladies auto-immunes. «Ces changements démontrent que la présence de gluten dans l’alimentation est directement responsable de la création des effets du diabète et détermine le microbiote intestinal», explique Govindarajan Rajagopalan, Ph.D.,  immunologiste et auteur de l’étude.  Les chercheurs soulignent que cette recherche démontre que les interventions alimentaires ont une importance cruciale en affectant la probabilité de l’apparition du diabète de type 1. Nous savons que l’alimentation est connue pour façonner la composition du microbiome intestinal et les études humaines et animales démontrent fortement que le gluten alimentaire joue un rôle causal dans l’étiopathogénie du diabète de type 1. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune spécifique dirigée contre les cellules bêta du pancréas qui produisent l’hormone endocrinienne, l’insuline. Ces cellules endocrines spécialisées sont détruites, ce qui entraîne une hyperglycémie et une dépendance à l’insuline exogène. Parmi les nombreux facteurs qui sont impliqués dans l’étiopathogénie du diabète de type 1, le gluten alimentaire est important. Chez les humains, l’exposition précoce aux céréales contenant du gluten augmente le risque de diabète de type 1, il est également bien reconnu qu’il existe une forte association entre la maladie cœliaque, une maladie auto-immune au gluten et le diabète de type 1, les patients coeliaques ont 2,4 fois plus de chance de développer un diabète de type 1.  D’innombrables études récentes ont démontrées que l’alimentation détermine la composition du microbiote intestinal et que le microbiote intestinal joue un rôle important dans l’élaboration de la réponse immunitaire ainsi que dans le développement de l’auto-immunité.  Parmi ces études, plusieurs d’entre elles ont démontré que les patients coeliaques qui ont été diagnostiqués avec la maladie coeliaque tard dans la vie (et par conséquent qui avaient une plus longue exposition au gluten alimentaire) avaient un taux plus élevé de diabète de type 1 que des patients coeliaques qui ont été diagnostiqués à un très jeune âge soit à moins de 3 ans, ces patients suivent donc un régime sans gluten depuis une période beaucoup plus longue. Ceci détermine que plus les expositions augluten sont longues, plus on modifie le microbiote intestinal et plus on augmente le risque de développer des maladies auto-immunes. Le respect d’une alimentation stricte sans gluten est crucial étant donné que l’ensemble des études humaines et animales renforcent la notion que le gluten alimentaire provoque des changements négatifs dans le microbiote intestinal, affecte l’immunité et favorise le développement de nombreuses maladies auto-immunes, y compris le diabète de type 1. Auteurs de l’étude: Eric V. Marietta, Andres M. Gomez, Carl Yeoman, Ashenafi Y. Tilahun, Chad R. Clark, David H. Luckey, Joseph A. Murray, Bryan A. White, Yogish C. Kudva, Govindarajan Rajagopalan  Department of Immunology, Department of Dermatology, Mayo Clinic, Division of Gastroenterology and Hepatology, Division of Endocrinology, Diabetes, Metabolism, & Nutrition, Rochester, Minnesota, United States of America. Department of Animal & Range Sciences, College of Agriculture, Montana State University, Bozeman, Montana, United States of America.

 

Références
1. Yoon JW, Jun HS (2005) Destruction auto-immune des cellules bêta du pancréas. Am J Ther 12: 580-591.
2. Bottazzo GF, Mann JI, M de Thorogood, Baum JD, Doniach D (1978) L’auto-immunité chez les diabétiques mineurs et leurs familles. Br Med J 2: 165-168.
3. Barera G, R Bonfanti, Viscardi M, Bazzigaluppi E, Calori G, et al. (2002) Présence de la maladie coeliaque après l’apparition du diabète de type 1: étude prospective longitudinale de 6 ans. Pediatrics 109: 833-838.
4. Maki M, O Hallstrom, Huupponen T, T Vesikari, Visakorpi JK (1984) Augmentation de la prévalence de la maladie cœliaque chez les diabétiques. Arc Dis Child 59: 739-742.
5. Ventura A, Magazzu G, L Greco (1999) Durée de l’exposition au gluten et risque de maladies auto-immunes chez les patients atteints de la maladie cœliaque. Groupe d’étude SIGEP pour les maladies auto-immunes dans la maladie cœliaque. Gastroenterology 117: 297-303.
6. Ludvigsson JF, Ludvigsson J, Ekbom A, Montgomery SM (2006) La maladie cœliaque et le risque ultérieur de diabète de type 1: étude de cohorte de la population des enfants et des adolescents. Diabetes Care 29: 2483-2488.
7. Maurano F, G Mazzarella, Luongo D, Stefanile R, D’Arienzo R, et al. (2005) Petit entéropathie intestinal chez les souris diabétiques non obèses nourris avec un régime contenant du blé. Diabetologia 48: 931-937.
8. Elliott RB, Martin JM (1984) Protéines alimentaires: un déclencheur du diabète insulino-dépendant chez le rat Diabetologia 26: 297-299.
9. Hooper LV, Littman DR, Macpherson AJ (2012) Interactions entre le microbiote et le système immunitaire. Sciences 336: 1268-1273.
10. Kriegel MA, Sefik E, Hill JA, Wu HJ, Benoist C, et al. (2011) Naturally transmitted segmented filamentous bacteria segregate with diabetes protection in nonobese diabetic mice. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 108: 11548–11553.
11. Berer K, M Mues, Koutrolos M, Rasbi ZA, Boziki M, et al. (2011) Le Microbiote Commensal et la myéline auto-antigène coopèrent pour déclencher une démyélinisation auto-immune. Nature 479: 538-541.
12. de Goffau MC, Luopajärvi K, Knip M, J Ilonen, Ruohtula T, et al. (2012) La composition du microbiote fécal diffère entre les enfants dans l’auto-immunité des cellules bêta et les autres. Diabete.
13. Neu J, G Lorca, Kingma SD, Triplett EW (2010) Le microbiome intestinal: relation de diabète de type 1. Endocrinologie et métabolisme cliniques 39: 563-571.
14. Kashyap PC, Marcobal A, Ursell LK, Larauche M, Duboc H, et al. (2013) Les interactions complexes entre l’alimentation, le transit gastro-intestinal, et le microbiote intestinal chez les souris humanisées. Gastroenterology 144: 967-977.
15. Gomez A, Luckey D, Yeoman CJ, Marietta EV, Berg Miller ME, et al. (2012) Loss of sex and age driven differences in the gut microbiome characterize arthritis-susceptible 0401 mice but not arthritis-resistant 0402 mice. PloS one 7: e36095
16. Bias caused by template annealing in the amplification of mixtures of 16S rRNA genes by PCR. Applied and environmental microbiology 62: 625–630.
17. Liu Z, Lozupone C, Hamady M, Bushman FD, Knight R (2007) Short pyrosequencing reads suffice for accurate microbial community analysis. Nucleic acids research 35: e120
18. Edgar RC, Haas BJ, Clemente JC, Quince C, Knight R (2011) UCHIME improves sensitivity and speed of chimera detection. Bioinformatics 27: 2194–2200.
19. Huse SM, Welch DM, Morrison HG, Sogin ML (2010) Ironing out the wrinkles in the rare biosphere through improved OTU clustering. Environmental microbiology 12: 1889–1898.
20. Yildirim S, CJ Yeoman, Sipos M, Torralba M, Wilson BA, et al. (2010) Caractérisation du microbiome fécale de primates non humains sauvages révèle des communautés microbiennes spécifiques des espèces. PLoS ONE 5: e13963.
21. Erb-Downward JR, Sadighi Akha AA, Wang J, Shen N, He B, et al. (2012) Use of Direct Gradient Analysis to Uncover Biological Hypotheses in 16S Survey Data and Beyond. Scientific reports 2: 774.
22. Schmid S, Buuck D, Knopff A, Bonifacio E, Ziegler AG (2004) BABYDIET, Etude de faisabilité afin de prévenir l’apparition d’autoanticorps des îlots chez les parents de patients atteints de diabète de type 1 en retardant l’exposition au gluten. Diabetologia 47: 1130-1131.
23. JM Norris, Barriga K, Klingensmith G, Hoffman M, Eisenbarth GS, et al. (2003) Le temps d’exposition initiale aux céréalesdans l’enfance et le risque d’auto-immunité. Jama 290: 1713-1720.
24. Schmid S, Koczwara K, Schwinghammer S, Lampasona V, Ziegler AG, et al. (2004) L’exposition retardée aux protéines de blé et d’orge réduit l’incidence du diabète chez les souris diabétiques non obèses. Clin Immunol 111: 108-118.
25. Hansen CH, Krych L, Nielsen DS, Vogensen FK, Hansen LH, et al. (2012) Traitement de vie précoce avec la vancomycine se propage Akkermansia muciniphila et réduit l’incidence du diabète chez la souris NOD. Diabetologia 55: 2285-2294.
26. Van Belle TL, Ling E, Haase C, D Bresson, Urso B, et al. (2012) Le blocage de NKG2D facilite la prévention du diabète par Treg spécifique d’un antigène dans un modèle induit par le virus du diabète. Journal de l’auto-immunité.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Lyne70 |
Sleevejess |
Objectif15 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Meditations29
| Anandalife
| Diet moneeyjoe